Pl Engl Fr Es        


Interview avec M.Kanai sensei 2 partie

This post is also available in: Anglais, Espagnol

16 janvier 1993

Question: Sensei, en ce qui concerne enseignement des débutants, est ce que la meilleure méthode est de commencer par l’attaque Katatedori?

Sensei : Oui, parce que c’c’est simple, fondamentale et applicable pour les autres attaques. Quand le partner commence a attaquer plus vite, cet attaque devient presque comme tsuki. Ça devient la même chose.

Question : Qu’est-ce que vous espérez de la part des étudiants?

Sensei : Tout (rire) Spirituellement …tout.

Question : Peut-Sensei donner aux élèves quelques indications ou des éclaircissements sur l’attitude ou l’engagement ?

Sensei : Je ne peux rien dire à propos cette question particulière. Je ne peux pas donner aux étudiants des conseils sur des sujets comme l’engagement. Chacun est différent, chacun a des motivations et des raisons différentes pour pratiquet l’Aïkido. Certains viennent ici pour pratiquer l’aïkido pour des raisons de santé. Certains viennent qu’une fois par semaine à la pratique. Certains élèves veulent, si possible, de pratiquer trois classes en une seule journée! Il y a aussi un facteur de l’âge. Parce que chaque élève a les motivations différentes un sensei ne peut pas dire aux élèves très précisément quelle est l’attitude ou l’engagement qu’ils devraient avoir. Je suis content quand je peux ressentir des élèves qu’ils pratiquent sincèrement et ont un bon esprit pour pratiquer l’Aïkido. Ce que je n’aime pas, c’est quand les élèves ne pratiquent pas la pratique au sérieux ou quand ils ne sont pas « engager ». Certains étudiants qui pratiquent depuis longtemps ont le sentiment d’avoir pratiqué assez longtemps. Alors parfois … ils oublient que une certaine ligne existe … ils franchissent la ligne et de deviennent trop «confortable» sur le tatami. Ils commencent à oublier ce que l’Aïkido est. Ils commencent à … faire l’Aïkido pas très « sérieusement ». Ce n’est pas la bonne attitude. Un bon mot pour décrire ça  c’est trop «occasionnel». Quand un élève a pratiqué 10 ou 15 ans, il oublie parfois de cette ligne et développe une sorte de complaisance, où il fait la même chose encore et encore, sans penser à ce qu’il fait. Les gens facilement entrent dans une routine.

Question : Cela conduit à une autre question, Sensei. Étant donné que les étudiants ont des conditions différentes (horaire de travail, la distance du dojo) quels conseils pouvez-vous donner à quelqu’un qui ne peut pas se rendre au dojo? Comment peut-il exercer son Aïkido tous les jours?

Sensei : Par lui-même? Je sais ce que tu veux dire, mais c’est nettement différent de la pratique dans un dojo. Il y a des choses que vous faites à l’intérieur d’un dojo et les choses que vous faites en dehors d’un dojo. Donc, même si je comprends la raison pour laquelle vous posez cette question, c’est la même chose que de demander «ce qui peut remplacer la pratique dojo? » Parce que c’est tellement différent, il n’y a vraiment pas de remplacement.

Question : Quel genre de caractéristiques ou attitudes serait Sensei aiment voir chez les étudiants quand ils viennent pour un test ?. De votre point de vue ce qui est de l’attitude qu’il faut avoir? Comment l’élève de déterminer quand il / elle est prêt à tester?

Sensei : Tout d’abord, il y a les exigences minimales pour le test, après avoir pratiqué les heures requises et connaissant les techniques nécessaires. Cependant, si possible, une personne qui se prépare pour le test devrait avoir plus que cela. Même si l’élève peut faire toutes les techniques et a au moins le nombre d’heures pour se qualifier … si possible l’étudiant devrait être capable de faire plus. Il devrait être capable de faire ces techniques avec un peu de place dans son esprit, à faire les techniques et être «confortable». Toutes les techniques requises sont bien sûr 100% … mais il devrait avoir un peu plus de … quelque chose «extra». Quand je vois les tests, je pense beaucoup d’étudiants ne sont pas encore à l’aise et n’ont pas de confiance dans leur capacités.

Question : Il devrait y avoir une facilité pour passer le test qui montre la confiance? Quelque chose en plus qui reste pour que l’élève n’est pas au bord de sa capacité?

Sensei : Confiant … oui, confiant, donc l’élève a encore plus. Oui, exactement. Parfois j’ai l’impression que les étudiants ne devraient pas passer le test … mais bien sûr je suis un être humain si je ressens un sentiment de sympathie avec eux afin qu’ils passent. Chaque fois qu’il y a un test ici, je ne me sens pas vraiment bien d’être le juge. Si ce sont mes propres étudiants je me sens plus libre de les passer ou les échouer. Mais les étudiants des autres dojos … car ils ont un contenu différent à leur enseignement et à la pratique … Je dois être un peu plus généreux de juger même si je sais que cela va « diminuer » le niveau de l’Aïkido. Car dans ça va mettre le niveau général de l’Aïkido à la baisse, quand vient le jour du test, je ne me sens pas bien à cause de cette situation.

Question : Dans notre dernière interview Sensei, vous avez parlé des instructeurs qui sont très bon pour expliquer les choses afin que les élèves apprennent rapidement les mouvements. Mais à cause de ce que vous avez dit aux étudiants «n’apprennent pas l’essence ». Ils ne développent pas quelque chose « à l’intérieur ». S’il y avait plus d’échecs ne devrait pas les étudiants se débattre de plus en plus pour être en mesure d’apprendre ce «l’essence»?

Sensei : Tout d’abord, je n’ai jamais vu quelqu’un qui était bon «techniquement», mais dont «l’attitude» ou l’autre chose n’était pas bon, alors il a échoué. Il n’y a pas une telle chose. Les gens qui deviennent techniquement bon ont une bonne attitude, parce que si quelque un pratique honnêtement pour une longue période de temps, la pratique va influencer son attitude.

Question : Dans la dernière interview, nous avons parlé des gens ayant la «philosophie» de l’Aïkido mais leur poursuite était différente de la pratique. Ces aspects ne semblent pas être coordonnés. Mais si quelqu’un vraiment investi dans l’entrainement nécessaire pour acquérir de la maîtrise technique, est ce que l’attitude philosophique, la « Voie » viennent automatiquement?

Sensei : Je ne suis pas sûr en ce qui concerne »Voie » ou « Tao » … Je ne suis pas sûr est ce que un étudiant l’obtiendra ou non. Mais si certains élèves vraiment pratiquent dur, dur, dur et obtiennent presque la maîtrise technique dans de nombreuses techniques, après de nombreuses heures et beaucoup d’efforts, je pense qu’au moins ces élèves vont comprendre ce que l’Aïkido est.

Question : Sensei pensez-vous que pour les étudiants Aïkido, la pratique des armes va être une condition nécessaire pour eux à un moment donné dans leur pratique?

Sensei : (rires) Votre façon de poser la question n’est pas une question. Par exemple, si votre question est « Est-ce que l’apprentissage de l’arme est un atout pour l’apprentissage de l’Aïkido? » Cela montre un concept erroné. Si l’on comprend ce que l’aïkido est que ce n’est pas la façon dont il devrait se produire. Si vous vous déplacez selon les principes que vous apprenez en Aïkido … si on regarde la façon d’utiliser votre corps, comment faire »sabaki», vous bouger de la même façon si vous avez une arme ou non. Si vous déplacez votre corps selon les principes de l’aïkido alors, logiquement, vous pouvez l’appliquer à des armes aussi. C’est comme ça que je pense de lui.

Question : Sensei qu’est-ce que vous voyez comme la chose essentielle dans l’Aïkido? Quelle est la base de celui-ci … ce qui est l’essence même de lui?

Sensei : Tout d’abord je ne peux pas dire quelle est l’essence de l’aïkido en un seul mot. Vous ne pouvez pas résumer en un mot ce qui est l’essence de l’Aïkido parce l’Aïkido se compose de nombreux facteurs, et de nombreux aspects. Une autre difficulté est que si vous prenez l’un des facteurs pour l’examiner de manière isolée et vous le retracer dès le début, tout le chemin, alors cette analyse devient presque «académique». Par exemple, lorsque dans la pratique de l’aïkido si deux personnes se heurtent un avec l’autre… comment allez-vous l’analyser? Vous devez aller dans ce que vous appelez la «dynamique», les principes de la physique qui décrivent comment la force va, c’est pour ça que je dis que cette analyse sera «académique». Vous étudiez plus profondément, alors vous devez comprendre la physique de cette situation. Cela fait partie de ce domaine, non? Il existe de nombreux exemples. Si vous commencez à penser à «étiquette» de l’Aïkido. Vous pouvez penser en termes de mœurs dans le dojo. En termes de savoir-vivre pour le sempai, des instructeurs, etc Vous êtes maintenant dans le champ “sociologique ». Et puis vous commencez à penser à la société … et encore, c’est «académique». Puis, à travers les arts martiaux, si vous commencez à penser ou à étudier sur la modestie, l’humilité … alors vous commencez à penser à la religion, et étudier ses aspects «religieux». Ainsi, l’aïkido est de tous ces facteurs mis ensemble dans un seul système. C’est ce que l’Aïkido est. C’est pourquoi l’Aïkido est parfois appelée «Sogo Budo » … qui est «art martial total» ou «art martial universel» ou «art martial fondamentale». C’est pourquoi je ne peux pas simplement en un mot ce qui est l’essence de l’aïkido. Aïkido a de nombreux aspects et chaque aspect peut conduire à un champ entier! L’aïkido est difficile à apprendre parce que l’aïkido nécessite «perfection» dans tous ses aspects. Donc, c’est un art martial très difficile. Quand vous apprenez l’Aïkido vous avez quelque chose très sérieux, et, naturellement, quand vous étudiez la façon d’aborder et comment pratiquer Aïkido, vous réalisez que vous ne pouvez pas approcher l’Aïkido avec désinvolture. Donc, mes mots aux étudiants qui ont pratiqué l’aïkido pendant un certain nombre d’années est « ne pas relâcher notre vigilance … ne vous sentez pas que vous l’avez » … parce qu’il y a toujours plus!

Question : Parlant qu’est-ce que vous attendez  sensei de vos élèves, quelles sont vos attentes des instructeurs ?

Sensei : Je veux que les instructeurs réfléchissent plus profondément, parce que maintenant … en Aïkido, il y a beaucoup d’étudiants qui pratiquent depuis longtemps. Le niveau de l’Aïkido est aussi de plus en plus élevé, alors les élèves peuvent rattraper les instructeurs. Les instructeurs doivent s’assurer qu’ils ne rattrapent pas! Les instructeurs doivent pratiquer eux-mêmes plus intensivement. L’aïkido est toujours en croissance, si vous arrêtez de penser alors votre aïkido stagne, s’arrête. Quelqu’un est toujours à la recherche de la technique en aïkido. C’est pourquoi je dis que si l’instructeur arrête la réflexion ou arrête pratiquer techniquement et les élèves l’rattrapent, non seulement en l’Aïkido mais en quoi que ce soit, si vous arrêtez de penser alors cette chose cesse de croître. L’aïkido se développe de plus en plus parce que quelqu’un pense toujours. C’est ce que l’Aïkido est … quelqu’un cherche toujours. Donc, tant que la pensée réelle des gens se développe, l’Aïkido se développe.

Question : Après avoir été en Amérique depuis un certain temps êtes-vous satisfait du développement de l’Aïkido aux Etats-Unis?

Sensei : À certaines conditions, je pense que dans l’ensemble le niveau actuel de l’Aïkido aux États-Unis est le meilleur dans le monde. Mais je ne suis pas satisfait avec ca.

Question : Quels objectifs avez-vous pour nous ?

Sensei : Je ne peux pas dire que parce que je suis encore à étudier et à travailler sur cette question. Je ne peux pas vous dire quel est l’objectif.

Question : Quelles seraient les conditions que vous souhaiteriez que nous examinons de plus près et d’évaluons en termes de la façon dont nous pourrions nous améliorer?

Sensei : Il y a tellement de différences et extrêmes. Même aux États-Unis, il y a peut-être 10 différentes organisations d’Aikido, notre propre fédération, ainsi que d’autres. Mais même parmi ceux qui participent à cette fédération, parmi tous les dojos différents il y a beaucoup de différence à cause de différentes zones géographiques, les différents niveaux de pratique et parce que les instructeurs ont des caractéristiques différentes. Un instructeur est bon à cet aspect, mais un autre instructeur est bon à un aspect différent, donc il y a une différence résultant de cette structure. Le niveau de pratique n’est pas encore devenu encore égale par tout. Donc, c’est sans doute le but.

Question : Sensei pouvez-vous partager quelques pensées, des sentiments ou des idées sur les «normes éthiques» que vous voulez voir chez les instructeurs?

Sensei : Si j’ai des attentes éthiques des instructeurs et si je parle d’eux alors ça pourras causer des problèmes. Il est très difficile pour moi d’en parler. Mais je vais le dire de cette façon, si les étudiants pensent à ce genre d’instructeur qu’ils veulent avoir alors naturellement vous allez définir l’éthique correcte de l’instructeur là. En d’autres termes si les élèves réfléchir sérieusement quel  genre d’instructeur ils veulent avoir alors ils sauront quelle éthique  l’instructeur doit avoir. Si l’instructeur essaie de comprendre ce que les étudiants veulent, ce qu’ils recherchent dans un instructeur, alors naturellement l’instructeur va trouver, va savoir quel genre d’instructeur il devrait être. Il va devenir plus conscient de ce qu’il devrait être. C’est une question de bon sens, une prise de conscience de ce qu’il devrait être.

Question : Par exemple, si je suis propriétaire d’un «club de santé» où les gens viennent et soulevent des poids, je ne veux pas dire qu’il y a une philosophie derrière tout cela, qu’il y a une «voie» à suivre. Mais un dojo implique une philosophie. Certains instructeurs pourraient se mettre en place à titre de mentors, et je ne suis pas si sûr que certains instructeurs vont être sincère et en même temps suffisamment à l’écoute de leurs élèves et de leur donner ce qu’ils demandent. Ils peuvent en effet tirer profit des étudiants. Alors Sensei, d’une manière générale, pouvez-vous faire quelques commentaires sur ce que vous attendez d’instructeurs?

Sesnei : C’est une question très difficile. Parce que si certains étudiants se tournent vers l’instructeur comme un mentor, et s’il répond, vous parlez ici d’une responsabilité pour un autre être humain. Si un élève est influencée par le professeur ou sensei, alors c’est une question très sérieuse, car une personne est affectée ou influencée par l’autre. Il y a un énorme problème ici. Par exemple, si un élève s’implique dans l’Aïkido, et devient vraiment concentré sur Aikido et toute sa vie devient l’Aïkido, il peut alors renoncer à sa propre vie! Car cela pourrait être possible, il est une chose très importante à propos de la façon dont on influe sur l’autre. Il n’a pas besoin d’être un instructeur; quelqu’un a une responsabilité pour l’autre quand il les influence. Pour cette même raison que je ne peux pas dire comment les instructeurs « devrait être » ou ce qu’est un « vrai » instructeur « devrait être ». Je ne peux pas dire qu’à cause de tout ce que je viens de l’expliquer. Je pense aussi que cela limite ce que les élèves peuvent demander à un instructeur. C’est une affaire très sérieuse. Enseignement Aïkido n’est pas une «valeur sûre». Ce n’est pas les mathématiques. En mathématiques, il y a «des choses sûres », des réponses précises. Mais si les élèves vraiment demander un sensei à propos de ses problèmes ou de questions, alors le sensei doit dire que sa réponse n’est pas une chose sûre. Parce qu’il n’est pas comme les mathématiques. Un être humain est un être vivant. Par conséquent, comme un être humain vivant la seule chose sûre est un instinct. Pour les êtres humains, pour survivre dans le monde, l’instinct est nécessaire. C’est la seule «valeur sûre» pour un être humain. Et dans la longue histoire de l’humanité, les êtres humains ont presque perdu cet instinct. Essayant de remplacer cet instinct  perdu, les gens ont mis en place un critère, «amour» ou «religion» ou «morale» ou «gain physique », etc « Bushido » ou « bouddhisme » sont les mêmes. Tout ça c’est une illusion. Les gens sont à la recherche de quelque illusion que ce soit Bushido, Budo ou autre. Par conséquent, un instructeur vit également dans son illusion … son idée. On ne peut pas dire ou forcer quiconque à vivre dans sa propre illusion. C’est votre propre idée, et c’est ce que je veux dire quand je dis que l’Aïkido n’est pas une chose sûre. Il n’y a pas tout à fait «une chose est sûre ». Le monde dans lequel nous vivons n’est pas sûr en tout cas! Donc, si les étudiants cherchent un mentor, c’est vraiment trop pour l’instructeur parce que l’instructeur est obligé d’avoir la responsabilité d’un autre être humain.

Question : Sensei, quelles étaient les raisons à l’origine pourquoi vous avez été attirés à l’Aïkido? Pourquoi choisir l’Aïkido?

Sensei : C’est très simple dans mon cas, je ne pouvais pas être satisfait avec les autres arts martiaux et aussi je n’ai pas eu trop attentes de l’Aïkido non plus. Cela aurait pu être quelque chose d’autre pour moi à cette époque.

Question : C’était plutôt le moment de votre vie que nécessairement l’art lui-même?

Sensei : Oui, c’est juste arrivé que l’Aïkido était là pour moi.

Question : Comment avez-vous pris conscience de l’Aïkido?

Sensei : Je l’ai vu à la télévision. O-Sensei et Tamura Sensei ont fait la démonstration.

Question : O-Sensei était ce que vous attendiez tant qu’enseignant?

Sensei : C’est pourquoi j’ai été attiré par l’Aikido à ce moment-là et effectivement c’est pourquoi, après avoir reçu l’enseignement de O-Sensei, c’est pourquoi je fais toujours l’Aïkido. En d’autres termes, j’ai trouvé mon « shisho », la seule personne à être mon professeur.

Question : Quelles étaient les choses à propos de O-Sensei qui vous a fait dire: «Je vais rester avec lui? »

Sensei : Tout simplement parce que de la façon dont il était. Je l’aimais bien. Il n’y a donc pas une seule chose … juste que je l’aimais tellement.

Question : Quelle a été la partie la plus difficile de votre pratique?

Sensei : Le plus dur était « keiko » … la pratique. Pratique était plus difficile.

Question : C’était sévère ?

Sensei : Pour moi, c’était. Chaque jour, je pensais que je quitte, tous les jours. Chaque matin, je me réveillais et disais: «pratiquons aujourd’hui … mais je vais certainement arrêter de demain». (rires)

Question : Une autre question à propos d’O-Sensei, c’est que le Doshu a écrit que O-Sensei  a dit que l’Aikido est « plus vite que l’éclair ». Qu’est-ce que cela signifie?

Sensei : Je ne sais pas dans quel contexte Doshu a mentionné ceci mais O-Sensei m’a dit que ce n’est pas important de savoir qui bouge en premier. Une autre interprétation serait que lorsque vous faites quelque chose que vous ne pensez pas : « Quand je fais cela je obtiens cet avantage ou cet avantage », puis vous agissez. Vous prendrez immédiatement une décision, comme ça arrive, tu le fais comme «rapide comme l’éclair », juste dans le moment. Les décisions sont prises à ce moment-là, exactement comme il faut.

Question : Donc, il y a la circonstance et alors sans hésitation, sans prévoyance et sans aucun obstacle vous vous déplacer en harmonie avec cette circonstance et c’est fait?

Sensei : Cela signifie que c’est juste. Vous gagnez sur vous-même. Quand vous faites quelque chose que vous ne pensez pas « si je fais ça ce qui va se passer … je vais perdre de l’argent ou de gagner une meilleure position » ou autre chose. Vous ne faites pas cela. L’action juste est tout ce qui compte. Selon cette philosophie, si vous agissez, tout arrive correctement. Donc, ce «rapide comme l’éclair » n’est pas une question de technique.

Question : Sensei, y a-t-il d’autres instructeurs ou professeurs que vous avez eu ce qui vous ont influencé en plus de O-Sensei?

Sensei : Avant d’entrer dans l’Aïkido? Oui, plusieurs personnes. L’un d’eux était dans mes jours d’école élémentaire, mon professeur principal. Et j’ai aussi eu un merveilleux professeur au lycée qui m’a fortement influencé.

La Forge Aikido Dojo